3 stratégies pour passer à l'action ! Après l'article, le site !

Mardi 24 janvier 2017

Aussitôt dit, aussitôt fait.

Le 20 janvier 2017, j'annonçais à la toile que je devais faire mon site internet. Le voici.



Une première façon de passer à l'action est d'arrêter de se poser des questions et d'y aller. Quand on est une passive passionnée comme moi ça semble un peu idiot de dire ça mais, passer à l'action, c'est arrêter de négocier avec ses différentes parties, et y aller tout simplement.

Une deuxième façon de passer à l'action c'est de cesser de profiter du non choix, pour ne rien faire, cesser de tergiverser, d'imaginer toutes les possibilités, de vouloir contrôler, d'attendre le bon moment. On dit bien "qui vivra, verra". Dans certaines situations stagnantes, seule l'action permet d'y voir plus clair et trancher. Retrouver du mouvement, de la vie, permet de changer d'angle de vue, d'ouvrir ses perceptions à d'autres possibilités, de sortir des cercles vicieux. C'est donc croire que l'action sera une solution, voire la meilleure ou la seule solution. On peut donc se convaincre pour passer à l'action. Dans cette même idée, c'est donc aussi lâcher prise et s'autoriser à faire ce qu'on croit être des erreurs, s'aimer en ne faisant pas aussi bien que notre idéal. S'autoriser à apprendre. Relativiser. Prendre la vie comme un jeu. Se mettre dans un état d'esprit proche de "j'ai envie d'essayer". Finalement, il y a un paquet de bonnes raisons de passer à l'action. J'ajouterais, que c'est se confronter à une certaine réalité, ça permet de se connaître et de manifester son unicité. C'est pour ça que nous sommes sur Terre. Chacun y a sa place. Si on réussit on peut se féliciter, si on ne réussit pas, on apprend sur soi et on peut développer son auto-bienveillance.



Cela semble un peu paradoxal mais finalement chez moi passer à l'action nécessite de sentir en moi que quelque chose se prépare et va vouloir agir. D'y être attentive, réceptive et de foncer quand c'est le moment. Ça passe donc par une phase d'inaction.


Chacun a son option préférée (action, pensée ou émotion), mais sait aussi faire un mix et faire varier et adapter les stratégies selon les contextes, les situations, les personnes, leur état émotionnel...

On peut aussi passer à l'action plus facilement pour les autres ou accompagné, alors pourquoi ne pas faire ce qui est plus simple pour soi ?! La motivation joue un rôle important. Connaitre ce qui nous motive est un vrai moteur. Par exemple, savez-vous si vous fonctionnez plutôt au bâton ou à la carotte ?!


Quand ce n'est pas le moment pour moi d'agir, en fin de compte je n'en suis pas vraiment capable, je crois. Ça fait quelques mois que je ne me force plus et je parle donc au passé et doute déjà un peu. Ces temps-ci, J'alterne entre "il faudrait faire des trucs rassurants/ sécurisants" (mais me dire cela ne débouche plus sur une action car cette motivation ne m'apporte plus d'énergie pour faire) et "je vais faire ce que j'aime en toute confiance et ça portera ses fruits" (là je suis capable de rester réveiller jusqu'à 3h du mat' pour finir mon site). Il me semble que la transition que nous traversons tous ensemble ces temps-ci ne facilite pas le calme en la demeure. Ça me réjouit d'aller vers plus de liberté et de confiance.


Fut un temps, on aurait pu croire que la société valorisait plus l'action que l'inaction. Je tiens à conclure cet article, sur une note d'ouverture et d'écoute de soi ;) à mes yeux, l'équilibre existe avec ses extrêmes, et ne rien faire est autant OK que le reste. Chacun sa mission. On peut manifester son unicité en étant dans une forme d'inaction, peu importe sa durée, l'important pour moi étant le respect et l'amour de soi et des autres. Nombreux sont les messages qui encouragent à développer "l'être" plutôt que "le faire".

Lola

Posts à l'affiche
Posts Récents
Catégories
Rechercher par Tags
Retrouvez-moi
  • Facebook Basic Square

© 2019-2020 by Lola Psy-Enchanteuse. Proudly created with Wix.com